Catalogue


La Mer et le Miroir
W. H. Auden  

C’est après avoir émigré aux États-Unis que W.H. Auden, qui a déjà derrière lui une œuvre poétique considérable, compose entre 1942 et 1944 son poème dramatique La Mer et le Miroir. Il s’agit à la fois d’une continuation et d’un commentaire de la dernière pièce de Shakespeare, La Tempête, œuvre-testament dans laquelle le poète élisabéthain a donné – à travers une intrigue fantastique – un résumé énigmatique de sa pensée et de son théâtre. Dans La Mer et le Miroir, les personnages de la pièce, après une représentation, reviennent tour à tour sur scène pour commenter, chacun dans une forme poétique qui lui est propre, le spectacle auquel le public vient d’assister.
La Mer et le Miroir est un chef-d’œuvre, aussi bien par l’intelligence critique qu’y déploie Auden que par sa virtuosité de poète, en tous points digne de l’œuvre qu’il commente. Comme Auden l’a lui-même dit à ses amis : « C’est mon art poétique, de la même manière que, je le crois, La Tempête fut celui de Shakespeare. »
Et c’est cela qui est particulièrement émouvant, dans ce poème écrit pour la scène. À la fin d’une «tempête» qui ne fut que trop réelle, la Seconde Guerre mondiale qui l’a exilé loin de son pays, Auden, dont une grande part de son œuvre est déjà derrière lui, décide de méditer sur ce que signifia, pour Shakespeare, écrire une ultime pièce avant de renoncer à son art. Loin de voir dans La Tempête, comme Henry James, une pièce où Shakespeare se serait contenté d’offrir à son public comme à lui-même l’exemple le plus pur et le plus rare de son art littéraire, Auden a le coup de génie de donner à Caliban le dernier mot, au cours d’un long discours écrit dans une prose aussi subtile que celle de James. Il a compris que l’art n’est pas un sanctuaire, qu’il est le lieu où la vie la plus réelle peut se confronter à son reflet et que seuls les échanges constants de l’un à l’autre permettent de parvenir à quelque chose comme une « relation restaurée ».

Si Auden est si mal connu en France, c’est aussi parce qu’il est un poète d’une grande maîtrise formelle, un artisan virtuose de son art. Il est donc particulièrement difficile à traduire. Pierre Pachet, depuis toujours particulièrement sensible à l’art de traduire, et Bruno Bayen, qui possède une précieuse pratique de l’art du théâtre, sont parvenus à rendre toutes les nuances de sens d’un texte d’une grande complexité, tout en créant un poème français presque aussi musical que l’original anglais, que l’on peut lire ici en regard de la traduction.

En savoir plus sur La Mer et le Miroir

revenir en haut de page


Édition bilingue

Traduction de l’anglais et présentation par Bruno Bayen et Pierre Pachet

Format : 135 x 205
160 pages • 18,30 euros

ISBN : 978-2-35873-002-0
Mise en vente : 17 avril 2009