Catalogue

 

Télécharger la table des matières

 

 

Volumes I, II, III et IV

Étreintes aux champs

L'Officier prussien

Chère, ô chère Angleterre

La Femme qui s'enfuit

 

Du même auteur

Croquis étrusques

Matins mexicains

 


La Vierge et le gitan
et autres nouvelles
D. H. Lawrence   

D.H. Lawrence, La Vierge et le gitan

Avec ce cinquième et dernier volume s'achève la parution des nouvelles complètes de D.H. Lawrence traduites par Marc Amfreville d'après l'édition de Cambridge.

La nouvelle titre du recueil est universellement reconnue comme l’une des plus réussies de l’auteur. Ultime variation sur un thème qu’il n’aura cessé de traiter : celui de la jeune femme qui ne pourra trouver son accomplissement intérieur et échapper à son milieu étouffant qu’en vivant un amour pour un hommme venu d’ailleurs. Ici un gitan qui, au rebours de toutes les conventions, apparaît comme l’image de la propreté morale et physique et de la fraîcheur, à l’opposé de l’air vicié et renfermé qu’elle respire dans le presbytère où elle est enfermée avec sa grand-mère et sa vieille fille de tante. Sa vivacité, sa verve, tient sans doute au fait, comme souvent chez Lawrence, qu’elle lui a été inspirée par sa sympathie pour la plus rebelle des deux filles de Frieda, Barbara, qui, après avoir été abandonnée par sa mère, était restée en Angleterre dans la famille de son père, et qui était venu rejoindre récemment le couple en Italie.

Écrit, pour sa première partie à Pâques 1927, alors qu’il se sait gravement malade, « Le Coq échappé », sous-titré « une histoire de résurrection », met en scène le Christ et peut apparaître comme le testament spirituel de Lawrence. La nouvelle doit son titre à un jouet (un coq blanc sortant d’une coquille d’œuf) que Lawrence avait trouvé dans une boutique de Volterra, lors du périple qui avait donné lieu aux Croquis étrusques. Au risque de choquer une fois de plus, Lawrence décrit un Christ qui lui ressemble, déprimé, ne supportant plus les foules, il s’isole mais, allant mieux, il découvre « que le monde réel est mille fois plus merveilleux qu’aucun ciel ou salut et se réjouit de n’avoir plus aucune mission à accomplir ». Dans la seconde partie (« phallique », comme il la désignait lui-même) il va plus loin encore et s’emploie à montrer que la vraie résurrection doit avoir lieu littéralement « dans la chair », en recourant au mythe d’Isis et d’Osiris. « L’homme qui était mort » sera initié au mystère de l’amour charnel par la prêtresse d’Isis.

 

Les nouvelles éditions de D.H. Lawrence au Bruit du temps

Toutes les nouvelles de D.H. Lawrence sont aujourd'hui disponibles dans la traduction entièrement nouvelle due à Marc Amfreville.

Également au Bruit du temps, les nouvelles éditions illustrées des Croquis étrusques et des Matins mexicains, dans une traduction nouvelle due à Jean-Baptiste de Seynes.

revenir en haut de page


Nouvelles complètes, V

 

Nouvelle traduction de l'anglais

par Marc Amfreville

 

Texte et appareil critique

de l'édition de Cambridge

Format : 135 x 205
256 pages • 23 euros

 

ISBN : 978-2-35873-062-4

Mise en vente : 24 avril 2014